Formation tout au long de la vie

16 recommandations pour former les exploitants agricoles

L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) publient un rapport daté de juillet 2015 sur "la formation professionnelle continue des exploitants agricoles".

En ce qui concerne les priorités à développer, les rapporteurs recommandent de mieux éclairer les besoins de compétences des agriculteurs au niveau national et régional. Il serait utile de lancer une étude prévisionnelle au niveau national sur les évolutions du contenu des métiers et des besoins de comtéences des non-salariés de l'agriculture, et de clarifier les rôles des partenaires (conseils régionaux, chambres d'agriculture, Carif-Oref, etc.) dans l'éclairage prospectif des besoins de compétences. L'intervention de Vivea semble pertinente sur certains champs d'activité précis, comme les éleveurs de bovins ou l'agriculture biologique.

Les priorités de la formation doivent s'affirmer plus nettement. Elles concernent le pilotage stratégique de l'exploitation dans le cadre de la PAC, les pratiques agronomiques et les systèmes de production conjuguant la performance économique, environnementale et sociale, l'agriculture biologique, la diversification et la commercialisation des produits et activités, l'entrée dans le métier et le renouvellement de générations.

Autre recommandation, celle d'accentuer, la fixation de priorités en termes de publics cibles : ceux qui ont peu recours à la formation, les exploitants vieillissants, les agriculteurs concernés par des reconversions ou par des diversifications d’activité, les femmes ou les jeunes agriculteurs. Il est aussi important de "développer la personnalisation et la diversification des modes d’acquisition des compétences, dans une perspective d’accompagnement global mobilisant à la fois conseil et formation".

Lire les 16 recommandations de l'Igas dans le rapport.

Ajouter un commentaire