La première Coopérative Jeunesse de Services en France à Châtellerault

Entreprise et aides aux employeurs

La première Coopérative Jeunesse de Services en France à Châtellerault

ARCHIVE

Cette actualité est archivée, sa date de fin de validité est le 22/06/2012

Parmi les outils développés au Québec, les Coopératives Jeunesse de Services (CJS) permettent à des jeunes de vivre tant une expérience de travail rémunéré qu’un apprentissage à la vie d'une entreprise coopérative.

Dans le cadre du Pacte de confiance pour l’Emploi des Jeunes et du Plan Régional de Développement de l’Economie Sociale et Solidaire, la Région soutient la création de CJS sur son territoire pour permettre à des jeunes de 16 à 25 ans de tester et de vivre l'entreprise collective. La CJS permet aux jeunes de découvrir le milieu du travail, la dynamique d’entreprise collective, la responsabilité et l’autonomie. La CJS leur offre un lieu, des moyens, des ressources, de la formation et un soutien continu. Les jeunes s’approprient ainsi un projet collectif pour répondre aux besoins de services des particuliers, des entreprises et des collectivités.

C'est grâce à une mission au Québec en décembre 2010 que le modèle des CJS a pu être installé en Poitou-Charentes. Suite à l'appel à projets lancé par la Région en juin 2011, la CJS de Châtellerault a été retenue. Elle s'appuie juridiquement sur la coopérative d'activités et d'emplois SCOPADOM. Elle est constituée de 7 jeunes.

L'animatrice, recrutée en octobre, a mis en place le comité local de la CJS rassemblant des partenaires qui travaillent avec des jeunes (Mission locale, Centres socio-culturels, Ecole de la 2ème Chance, IUT), des structures de l'Economie Sociale (Chambre Régionale de l'Economie Sociale, l'Union Régionale des SCOP), des structures de l'économie traditionnelle (la Chambre de Commerce de l'Industrie, la Chambre de Métiers et de l'Artisanat). Les jeunes sont recrutés depuis le 1er décembre, ils suivent des formations sur le fonctionnement d'une entreprise collective, la comptabilité, le marketing. Ils auront des activités d'entretien d'espaces verts, de cours de sport à domicile, d'onglerie.

La Région envisage de relancer un appel à projets en 2012 suite à l'évaluation de cette expérience pilote.