Image, design et économie numérique

Aujourd’hui, les images et le numérique sont partout : téléviseurs, smartphones, informatique, jeux vidéo, animations…

Moteur de modernisation, de compétitivité et d’innovation, le Gouvernement s'investit pour développer et promouvoir cette filière. Il ambitionne en effet de poursuivre le déploiement du très haut débit sur tout le territoire, de permettre à tous d’accéder aux outils numériques et de développer l’attractivité internationale de la France dans le numérique.

Le numérique fait partie des filières prioritaires identifiées par la Région Nouvelle-Aquitaine.

Un contrat de filière pour le secteur du numérique

Instance de concertation entre pouvoirs publics, industriels et syndicats, le Comité stratégique de la filière numérique s'est engagé le 3 juillet 2013 sur un contrat de filière promu par les ministres du Redressement productif et de l'Économie numérique. Ce contrat entend rassembler la filière numérique française autour d'actions à même de garantir l'avenir des entreprises et de l'outil industriel.

Ce contrat de filière est structuré autour de sept axes et notamment :
- Définir une stratégie de filière concernant l’emploi, les compétences et les métiers.
- Développer l’alternance et la formation aux métiers du très haut débit. L’objectif est de porter le nombre d’alternants de 3 à 10 % des effectifs du secteur informatique et logiciels d’ici 3 ans, soit environ 40 000 alternants. Il s'agit de répondre au besoin en personnel qualifié lié au déploiement de la fibre optique, évalué à 10 000 personnes dans les cinq ans à venir ;
- Améliorer les relations entre entreprises dans la filière : l’Etat et les entreprises de la filière créeront une instance de médiation de filière numérique. L’Etat soutiendra également la conclusion de partenariats verticaux de recherche et développement à même de redonner une primauté en matière d’innovation, de normalisation et de standardisation ;
- Développer l’activité à l’export des entreprises françaises du numérique.

L'appui à la filière régionale

Au vu des perspectives de développement et des besoins exprimés par les acteurs de la filière, la Région Poitou-Charentes a adopté en septembre 2014 un plan de soutien qui vise à stimuler et à favoriser le développement de cette filière d'excellence. Il prévoit la structuration d'un pôle de compétitivité régional en avril 2015, l'accompagnement et le développement de l'innovation, le renforcement de la compétitivité des entreprises et le renforcement de l'attractivité de la filière. En outre, un dispositif de financement spécifique à également été créé pour la mise en œuvre de groupements d'entreprises de la filière souhaitant se positionner de façon compétitive sur de nouveaux marchés.

Un EDEC consacré à la filière du numérique en Poitou-Charentes est en cours depuis 2013.

Un protocole d'accord État-Région a été signé le 31 janvier 2014 sur le développement des usages numériques et des infrastructures de Très Haut Débit. La construction de ces infrastructures en Poitou-Charentes va permettre de générer 1 000 emplois pendant la durée du chantier, une centaine d’emplois pour l’exploitation et la maintenance des réseaux. Parmi les 5 priorités d'actions décidées : Développer l'emploi et la compétitivité des entreprises ; Démocratiser l'excellence éducative par l'accès aux connaissances du monde de tous les jeunes, élèves comme étudiants, contribuant à l’amélioration de leur cursus scolaire et universitaire, et permettant aussi de réduire l’échec scolaire, en s’appuyant notamment sur le déploiement d’un Environnement Numérique de Travail (ENT) régional.

En Région Nouvelle-Aquitaine, parmi les enjeux de la filière identifiés en Poitou-Charentes, notons le DAS Numérique éducatif et industrie culturelle qui a été retenu dans la Stratégie régionale d'innovation en raison du poids historique de cette filière en région avec la présence d'entreprises innovantes avec un haut niveau de spécialisation (notamment autour d'Angoulême, de La Rochelle, du Futuroscope), d'une offre de formation de renommée nationale dans les métiers de l'image, d'une dynamique de réseau et d'innovation forte.

En outre, le développement de la demande en matière d'e-éducation constitue une opportunité de positionnement pour Poitou-Charentes avec la présence sur le territoire d'acteurs majeurs tels que le CNDP et le CNED.
En savoir plus sur les enjeux de la filière en Nouvelle Aquitaine.

Eléments clés de la filière régionale

La filière de l'image, du design et du numérique est depuis de nombreuses années une filière prioritaire en région. Les savoirs-faires régionaux liés à cette filière se sont progressivement développés et diversifiés : bande dessinée, jeu vidéo, dessin animé…

La filière se répartie notamment autour des sites de La Rochelle, d'Angoulême et de Poitiers, avec la présence de lieux à forte notoriété comme le Futuroscope ou le pôle Image MAGELIS, qui compte à lui seul une centaine d’entreprises dont 20 studios d’animation (près d’un millier d’emplois permanents) et qui font d’Angoulême le second pôle de production d’images animées en France.

Par ailleurs, la région porte sur son territoire des grappes d'entreprises de la filière de l'Image et du Numérique :
- le réSeau des Professionnels du Numérique (SPN) spécialisé dans l’installation technique, développement de logiciels, sécurité, sites Internet, … la fabrication, la conception et le développement de logiciels ou la création de sites internet.
- 16 000 Images spécialisés dans les jeux et films d'animation.

Le tissu économique régional de la filière est, à la fois, hétérogène et spécialisé, composé de TPE/PME dynamiques mais qui rencontrent des difficultés récurrentes de financement. La filière à fort potentiel d'innovation et d'évolution, a d’importants besoins d'investissements.

En Poitou-Charentes, le secteur du numérique compte environ 1850 entreprises (+ 20% entre 2000 et 2009). Il emploie près de 19 000 salariés (+30% entre 2000 et 2009). La moitié de ces emplois se concentrent dans les activités « réseaux et télécommunications », un quart dans le conseil et la formation, le quart restant se répartissant entre le multimédia, les arts graphiques et le développement informatique.
Très hétérogène, on trouve dans ce secteur à la fois beaucoup de professionnels indépendants et de petites structures, ainsi que des filiales de grands groupes de communication. Les PME de moins de 20 salariés représentent 15% de l’ensemble. On compte une cinquantaine d’entreprises de plus de 20 salariés.

Selon une étude Insee, les secteurs de l’Image en Poitou-Charentes génèrent autant de richesses que la fabrication de matériels de transports. Les entreprises picto-charentaises de l’image sont insérées dans l’économie nationale et internationale. En effet, elles exportent plus et dépendent plus souvent de centres de décision extérieurs à la région que le reste de l’économie.
Ces secteurs dynamisent l’emploi. Les actifs sont particulièrement diplômés et mobiles. Cependant, les salaires sont en moyenne assez faibles, en raison notamment de la petite taille des établissements. Les non-salariés sont plus nombreux que dans les autres secteurs.

Bien que porteuse d’emplois, la filière peine à recruter

Bien que la filière génère des emplois, les entreprises ont des difficultés à recruter. Les entreprises ont besoin de profils pluridisciplinaires qu’elles ne trouvent pas sur le marché.

On distingue l'industrie du numérique de l'industrie numérique : l’industrie du numérique rassemble les technologies liées à l’information et la communication et l’industrie numérique concerne les innovations technologiques appliquées au domaine industriel.
Boostée par les jeux vidéo et les applications destinées aux smartphones, l’industrie du numérique attire la jeunesse. Le secteur du jeu vidéo, qui trouve un nouveau souffle grâce aux applications smartphones et tablettes, est en plein développement. Le développement du « serious gaming » ou jeux sérieux dans les activités liées à la défense, à l’industrie, au sport, à la formation professionnelle et plus largement à l’éducation ouvre également de nouveaux marchés.
A l’inverse, l’industrie numérique manque de jeunes cerveaux. Face au faible intérêt qu’elle suscite ou une méconnaissance de l’industrie, les grandes entreprises prennent des initiatives et créent notamment des structures et des parcours de formation en interne. Cette filière souffre d'un problème d'attractivité et est donc dépendante de la communication vers les lycéens et des étudiants pour une meilleure vision des possibilités offertes en termes de projet d’orientation et de carrière.

Le contrat d’études prospectives du secteur du numérique réalisé en 2013 par Syntec Numérique identifie plus de 36 000 créations d’emplois nettes à cinq ans, notamment en lien avec les métiers des technologies émergentes (Big Data, Cloud Computing, Systèmes embarqués), ou soumis à des évolutions de marché ou d’environnement (développement web et mobile, Web Design, Community Manager).

Pour aller plus loin : sélection d’outils d’informations sur les métiers

L’offre de formation s’adapte aux besoins en compétences pluridisciplinaires

En termes de formation initiale et continue, le CEP réalisé par syntec numérique dresse le constat d’une offre de formation globalement très satisfaisante d’un point de vue qualitatif et répondant aux constantes évolutions technologiques de la filière numérique.Aujourd’hui les entreprises recherchent des salariés à multi-compétences et les organismes de formation doivent faire évoluer leur offre en ce sens.

Il pointe cependant la nécessité de renforcer l’attractivité des métiers du numérique auprès des jeunes afin de pouvoir répondre aux forts besoins de recrutement des entreprises du numérique, et identifie également certains métiers émergents dont l’offre de formation reste à développer (analyste Big Data, spécialiste Cyber Sécurité, Business Analyst, Web Designer…).

Au travers de propositions, adressées  au Gouvernement pour développer un plan national de formation aux métiers et emplois du numérique, Syntec Numérique recommande de :
- Innover en matière de formation pour et par le numérique, afin d’accélérer la diffusion des compétences du numérique dès le plus jeune âge
- Donner aux jeunes la possibilité d'occuper les emplois qui joueront un rôle moteur dans l'ère du numérique industriel, en obtenant des diplômes leur permettant d’accéder à un emploi dès la sortie de l’enseignement supérieur
- Adapter l’offre de formation professionnelle aux besoins d’un secteur en croissance et en constante évolution technologique tout en étant créateur d’emplois nets sur une longue période, dans les entreprises qui « font » le numérique et celles qui en profitent pour se développer ou se transformer
- Repenser le système de formation, d'acquisition et de certifications de compétences, pour fluidifier le marché du travail en rapprochant l'offre de formation aux besoins de l'économie.
Consulter l'ensemble des propositions de Syntec Numérique

En Poitou-Charentes, l'offre de formation est positionnée sur des secteurs de niche avec plus de huit écoles spécialisées pour une cinquantaine de formations dispensées. Une école du manga à Angoulême a ouvert à la rentrée 2015.

Pour aller plus loin : consulter le catalogue régional des formations aux métiers du numérique et de l'informatique

 

Dossiers associés

  • Outils sur les filières régionales : compétences attendues et évolution professionnelle

    L'ARFTLV propose aux conseillers et informateurs des ressources afin de mieux connaître les métiers des filières prioritaires ou importantes en termes d'emploi.

    Consulter