Analyse prospective du secteur par l'Observatoire de la métallurgie

Compétences et besoins de l'économie

Analyse prospective du secteur par l'Observatoire de la métallurgie

ARCHIVE

Cette actualité est archivée depuis le 22/03/2018, elle peut néanmoins rester valide.

Le secteur de la métallurgie connait des mutations technologiques. Ses besoins en compétences vont donc évoluer. L’Observatoire de la métallurgie publie une analyse prospective sur le domaine de l’élaboration et la transformation des métaux.

Des recrutements seront nécessaires à tous les niveaux de qualification et dans de nombreuses spécialités telles que le traitement de surface et la fonderie. Tous secteurs confondus, 17 métiers sont d’ores et déjà considérés « en tension », à l’exemple de la production et la maintenance. Seulement 335 jeunes diplômés entrent sur le marché du travail chaque année dans les domaines de l'élaboration et la transformation alors que 1 200 à 1300 recrutements par an seraient possibles. Toutes spécialités confondues, plus de 7 500 postes par an seront à pourvoir jusqu’en 2020.

25 métiers sont en développement, il s’agit notamment des fonctions de R&D, production et maintenance. 22 métiers sont en mutation. Ils exigent de nouvelles compétences, comme la fabrication additive, ou un accroissement des niveaux, en maintenance et en production, ou une adaptation des compétences, pour les RH ou la communication, du fait de la digitalisation.

L’offre de formation initiale est insuffisante, selon l’Observatoire, proposant un trop grand nombre de formation de niveau bac+5 par rapport aux besoins. Le secteur a donc fortement recours à la formation continue, celle-ci a concerné plus de 51 000 personnes en 2016.

Consulter l’étude