Qualité de la formation : le Cnefop fait ses propositions pour passer au niveau 2

Formation tout au long de la vie

Qualité de la formation : le Cnefop fait ses propositions pour passer au niveau 2

Le CNEFOP estime qu'il est temps, quatre ans après le décret Qualité, de passer à la phase II de la politique qualité. Après la première phase qui consistait à avoir une logique de contrôle de la qualité des actions de formation, il faut passer à une approche qui englobe tout le système.

Le Cnefop veut donc agir à deux niveaux : 
- en garantissant "la qualité des ressources" de l'écosystème de la formation professionnelle pour ensuite mieux investir sur la qualité même des actions de formation. Pour cela, le Cnefop entend mettre en place la construction et l'animation de cadres "Qualité" de référence pour les organismes de formation, l'offre de certification, l'analyse collective des besoins en compétences, l'information sur l’offre de formation, le conseil et l'accompagnement des individus et des entreprises.

- en déployant des stratégies de qualité en matière d'achat, de suivi, et d’évaluation des prestations de formation ainsi que d’accompagnement et de professionnalisation des opérateurs, ce qui relève de la responsabilité des acheteurs/financeurs de formation.

Ainsi, l'un des objectifs est d'aboutir à une convergence des indicateurs de qualité des actions de formation afin de n'avoir plus qu'une référence au lieu de deux aujourd'hui (liste du Cnefop et Datadock) et obtenir une meilleure lisibilité.

L'animation du cadre "qualité" à l'attention des organismes de formation devrait être confiée à une "instance nationale de coordination et d'animation" qui outillerait, animerait et capitaliserait les bonnes pratiques en la matière.

Par ailleurs, sur les certifications professionnelles, c’est un cadre légal et réglementaire renouvelé qui permettra une nouvelle dynamique qualité pour faire des certifications des repères pertinents au service des parcours d’acquisition de compétence.

Sur l'observation des besoins "emplois et compétences", sur la qualité de l’information sur la formation, et sur le conseil et l’accompagnement des entreprises, les cadres réglementaires pourront être adaptés pour mieux promouvoir les ambitions et partager les responsabilités entre acteurs et opérateurs.

Concernant l'accompagnement des individus, trois ans après la création du CEP, un cadre qualité gagnera à être formalisé pour permettre le saut qualitatif associé à ses ambitions (plus d'autonomie pour le bénéficiaire notamment).

Consulter le rapport du Cnefop.

Ajouter un commentaire sur le site