Le métier de cadre se complexifie

Compétences et besoins de l'économie

Le métier de cadre se complexifie

L'Apec propose une étude sur les évolutions du métier de cadre. D'un côté, les métiers se multiplient et se spécialisent. De l'autre, pour pouvoir bien les exercer, il faut acquérir en permanence de nouvelles compétences. Pour l'Apec, les métiers réellement nouveaux sont marginaux, alors que la très grande majorité d’entre eux se transforment et nécessitent une adaptation à l’évolution des compétences requises pour les exercer.

La mondialisation, qui touche 1 cadre sur 2, rend la gestion de projets dans ce type de contexte de plus en plus complexe et se traduit par l’importance croissante des qualités liées à la personnalité et au savoir-être (soft skills), y compris pour des métiers très techniques.

Si peu de métiers ont été créés pour répondre aux besoins de la transition énergétique, beaucoup de métiers industriels existants ont été directement impactés ; l’ingénieur moteur, par exemple, doit au quotidien concevoir des produits plus respectueux de l’environnement, recyclables. Dans le domaine bancaire, cette dimension est importante pour flécher des financements et des prêts favorisant cette transition énergétique. De son côté, le secteur de la culture a également intégré cette dimension, notamment pour réduire les nuisances dans les festivals (éco-festivals).

La place croissante des réglementations constitue un facteur d’évolution majeur et concerne tous les secteurs. Dans la chimie, la mise en oeuvre d’une réglementation complexe et évolutive est un enjeu fort. Dans le secteur immobilier, le cadre réglementaire est en évolution permanente tant dans les domaines de la sécurité que de l’hygiène, l’environnement ou la fiscalité. Dans le secteur bancaire ou des assurances, les obligations internationales sont toujours plus exigeantes. De même, au niveau européen, le nouveau règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD) oblige les entreprises à s’outiller et à monter en compétences sur le sujet, ce qui fait de la cybersécurité un secteur particulièrement dynamique.

La course à l'innovation touche quant à elle la plupart des secteurs. Une fonction comme concepteur de Mooc relève de ce développement de méthodes innovantes dans le domaine de la formation, permis par les possibilités données par le numérique. Dans le secteur sanitaire et social, le chargé de développement doit monter des projets innovants en utilisant des techniques de management de projets transverses. 

La transformation numérique impacte logiquement les métiers de l'informatique, mais également tous les métiers et tous les secteurs. Cette évolution a également des impacts sur des métiers à la frontière avec le marketing ou la stratégie d’entreprise comme les data officers. La digitalisation et l’usage des réseaux sociaux a fait se développer ou se transformer un grand nombre de métiers du marketing. Dans la chimie du végétal, on voit apparaître de nouvelles compétences à la croisée de l’informatique et de la biologie. Dans le secteur sanitaire, l’utilisation de mannequins intelligents et les techniques de e-learning ont amené les responsables pédagogiques à repenser les formations en soins infirmiers.

Plus globalement, en plus des exigences sur les compétences coeurs de métier, spécifiques à chaque fonction et sur lesquelles il peut y avoir des exigences d’expertise, six groupes de compétences transverses ont pu être identifiées : la réglementation, les outils digitaux, la gestion de projets, le management des équipes, la stratégie globale de l'entreprise, l'approche systémique, le savoir-être.

La gestion de projets de plus en plus souvent collaboratifs et le management moins hiérarchique nécessitent de savoir piloter ou travailler au sein d’équipes multidisciplinaires, voire multiculturelles, sur des projets de plus en plus complexes. Il faudra savoir communiquer, tant en interne qu’en externe, de façon à être compris par tous et savoir "vendre" son projet.

Lire l'étude.

Ajouter un commentaire sur le site