Rapport sur les nouveaux métiers des énergies marines renouvelables

Compétences et besoins de l'économie

Rapport sur les nouveaux métiers des énergies marines renouvelables

ARCHIVE

Cette actualité est archivée depuis le 24/07/2014, elle peut néanmoins rester valide.

Gisèle Gautier, sénatrice UMP de Loire-Atlantique, a remis le 18 janvier 2010 à Nathalie Kosciusko-Morizet, un rapport sur les perspectives des énergies marines renouvelables (EMR) en termes d'emploi et de formations.
Le rapport, Énergies marines renouvelables emplois, compétences, formation… Quelles perspectives d’avenir ?, s’inscrit dans la continuité du Grenelle de la mer en insistant sur le potentiel des énergies marines. Il fait un point sur la concurrence internationale et l’état des filières technologiques et propose une stratégie de développement des métiers liés aux énergies marines. Sans ces métiers et sans la mise en place de formations adéquates, insiste le rapport, l’émergence d’une filière industrielle ne pourra pas prospérer.
Il fait 14 propositions, parmi lesquelles l’adaptation des formations existantes aux spécificités des EMR. Il recommande de former les formateurs, en montant des modules d’information et de sensibilisation à ces énergies pour formateurs et enseignants. La sénatrice pointe, par ailleurs, qu’il n’y aurait pas réellement de nouveaux métiers, mais des métiers « très classiques, surtout dans la métallurgie avec une composante accrue vers la mer », des métiers industriels classiques avec une connaissance supplémentaire du milieu marin, notamment des compétences de chantier naval et d’éolien offshore.
Gisèle Gautier propose également d’ « utiliser l’opportunité fournie par les EMR pour faciliter les reconversions des métiers en difficulté liés à la mer. »
Les énergies marines constituent aujourd’hui un important gisement d’emplois en exploitation et en maintenance. Le secteur maritime est directement concerné à travers la construction navale, les ports et les services à la mer. Pour le seul éolien offshore, 150 000 emplois pourraient être créés dans l’Union européenne d’ici 2025.
Le Gouvernement s'est engagé à porter la part des énergies renouvelables à au moins 23 % de sa consommation d'énergie finale d'ici à 2020 ; objectif qui ne pourra pas être atteint sans l’exploitation des ressources des océans.

Consulter le rapport.