Les propositions du rapport Borello : parcours emploi compétences, IAE, contrats de pro accélérée...

Emploi et insertion professionnelle

Les propositions du rapport Borello : parcours emploi compétences, IAE, contrats de pro accélérée...

« Donnons-nous les moyens de l’inclusion », tel est l’intitulé du rapport que Jean-Marc Borello, expert de l’économie sociale et solidaire, a remis le 16 janvier 2018 à Muriel Penicaud.
Il y rappelle que : « personne n’est inemployable » et qu’il existe toujours une solution qui repose sur le triptyque emploi-formation-accompagnement.

Le rapport indique que les aides à l’emploi doivent accompagner les employeurs autant que les demandeurs d’emploi. Dans cette optique, il propose de passer d’une logique de « contrats aidés » à des « parcours emploi compétences », limités à des « employeurs apprenants » en capacité d’inclure, d’accompagner, et d’envoyer en formation leurs salariés.
Les compétences que l’occupation du poste permettra d’acquérir seront inscrites dans le contrat et engageront l’employeur.

Le Plan d’investissement compétence (PIC) sera mis à contribution, à hauteur de 100 millions d’euros par an, dédiés au financement de formations, pour permettre aux bénéficiaires sortant du "Parcours emploi compétences" et de l’insertion par l’activité économique (IAE) de construire de véritables parcours professionnels.

Le rapport s’intéresse également au potentiel du secteur de l’insertion par l’activité économique et propose qu’un pacte d’ambition soit passé avec ce secteur, afin notamment qu’il embauche 25 000 personnes de plus par an.

Il propose par ailleurs d’adjoindre une aide publique aux contrats de professionnalisation pour permettre l’accès à une professionnalisation accélérée à certains publics éloignés de l'emploi, moyennant leur accompagnement et une durée de formation supérieure au minimum de 150 heures. Cette nouvelle possibilité qui serait limitée au secteur non-marchand, impliquerait d'accroître l’accompagnement, notamment en amont, avec un bilan de positionnement renforcé, et une évaluation CLéA de remise à niveau pour l’obtention du diplôme visé. Ces « contrats de professionnalisation accélérée » sous-tendent un équilibre intéressant pour l’employeur.

De plus, le rapport recommande la création d’un « fonds d’inclusion dans l’emploi », qui permettrait aux préfets de région de mobiliser les aides à l’accès ou au retour à l’emploi en fonction des réalités du terrain (voir la circulaire).

Enfin, considérant l'engagement comme un moteur de l'inclusion, JM Borello se prononce enfin en faveur d’un engagement civique de transmission des compétences pour les personnes volontaires de plus de 55 ou 57 ans, à l’instar du service civique pour 16-25 ans.

Consulter le rapport

Ajouter un commentaire sur le site