*

Service Public Régional de l'Orientation

Le SPRO en Nouvelle-Aquitaine

La Région a la responsabilité de coordonner les actions des organismes participant au Service public régional de l’orientation (SPRO) pour les actifs.
La Région Nouvelle-Aquitaine a maintenu les organisations qui avaient été mises en place dans les 3 ex Régions :

dans l'attente de la construction d'un nouveau réseau unifié d'espaces régionaux dans un contexte qui va évoluer avec le transfert de compétences prévu par la loi Avenir professionnel du 5 septembre 2018.

Orientation : l'extension des missions des Régions (loi du 5 septembre 2018)

La loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel prévoit une extension des missions des Régions en matière d'orientation. Elle prévoit les mesures suivantes :

La Région devra organiser des actions d’information sur les métiers et les formations aux niveaux régional, national et européen ainsi que sur la mixité des métiers et l’égalité professionnelle en direction des élèves et de leurs familles, des apprentis ainsi que des étudiants, notamment dans les établissements scolaires et universitaires.

Les actions réalisées dans ces établissements devront être organisées en coordination avec les psychologues de l’Éducation nationale et les enseignants volontaires et formés à cet effet.

Pour garantir l’unité du service public de l’orientation, un cadre national de référence sera établi conjointement entre l’État et les Régions. Il précisera leurs rôles respectifs et les principes d’intervention dans les établissements.

L’État continuera de définir, au niveau national, la politique d'orientation des élèves et des étudiants dans les établissements où il mettra en œuvre cette politique avec l'appui des CIO et des CUIO. L'Etat délivrera à cet effet, non seulement l'information nécessaire sur toutes les voies de formation, mais aussi l’accompagnement utile aux élèves, étudiants ou apprentis pour trouver leur voie de formation.

Les opérateurs de compétences (ex OPCA) pourront conclure des conventions-cadre avec l'Etat et le cas échéant les branches, pour définir leur participation à l'amélioration et à la promotion des formations technologiques et professionnelles initiales, notamment l'apprentissage, ainsi que la promotion des métiers.

La mise en place du CEP sera par ailleurs retirée aux Régions qui resteront cependant charge de la coordination des opérateurs du SPRO.

Les missions exercées par les DRONISEP seront transférées aux Régions. Chaque Région devra, avec le concours de l'ONISEP, élaborer la documentation de portée régionale sur les enseignements et les professions et, en lien avec les services de l’Etat, diffuser cette information et la mettre à disposition des établissements de l’enseignement scolaire et supérieur.

Concernant l'information sur les formations et les métiers par les CIO, une expérimentation sera ouverte pour 3 ans pour mettre à la disposition des Régions des agents exerçant dans les services et établissements relevant de l’éducation nationale, selon des modalités définies par décret.

Les élèves des deux derniers niveaux du collège et de lycée pourront demander à bénéficier, sur leur temps scolaire, d’une autorisation à réaliser chaque année une période d'observation en milieu professionnel (une journée maxi/an). Ce dispositif complètera la séquence d’observation prévue en classe de 3ème et la possibilité de réaliser de telles immersions sur le temps des vacances.

Les étudiants de l’enseignement supérieur pourront aussi bénéficier de périodes d’observation dans une entreprise, une administration ou une association, durant une semaine maximum en dehors des semaines de cours et de contrôle de connaissances. Les chambres consulaires apporteront leur appui à l'organisation de ces périodes.

Une nouvelle classe de troisième, dite « prépa-métiers », sera créée pour les élèves souhaitant préparer leur orientation, en particulier vers la voie professionnelle et l’apprentissage, afin de renforcer la découverte des métiers, par des stages en milieu professionnel, et préparer à l’apprentissage, notamment par des immersions en CFA.

La construction du SPRO Nouvelle-Aquitaine

La nouvelle Région entend poursuivre la structuration d’une politique rénovée en matière d’orientation tout au long de la vie, prenant en compte tous les publics quels que soient leur âge, leur statut ou leur situation. Le principe retenu est de s’appuyer sur les réalisations les plus intéressantes des 3 Ex-Régions pour construire le SPRO Nouvelle-Aquitaine, avec un cahier des charges unique.

Des organisations différentes ont été mises en place dans les 3 ex Régions : Espaces Métiers (EMA) en Aquitaine, Cité des Métiers et centres associés en Limousin, Commissions Territoriales Orientation-Formation (CTOF) et Espaces Régionaux Orientation (ERO) en Poitou-Charentes.  

Les types de services et outils d’aide à l’orientation déjà proposés dans chaque ancienne région pourront être déployés à une échelle beaucoup plus large, en mutualisant les moyens et en valorisant les expériences les plus innovantes.

La Région a décidé le 26 juin 2017 de proposer aux opérateurs du Conseil en évolution professionnelle (CEP) une nouvelle convention pour la mise en oeuvre de ce dispositif (Plus d'infos).

Elle s’est portée candidate pour assumer, par délégation de l’Etat, la mission de coordonner et de veiller à la complémentarité d’actions des différents intervenants du Service Public de l’Emploi.

Le Service Numérique de l’Emploi, expérimenté sur le territoire aquitain, sera déployé sur tout le territoire.

Ces actions seront réalisées en partenariat avec le CREFOP, mais également l’État, dans le cadre de la stratégie coordonnée Etat-Région en matière d’Emploi, d’Orientation et de Formation Professionnelle.
Pour mettre en œuvre ces actions, la Région s’appuiera sur un nouveau Carif-Oref qui sera créé au 1er janvier 2018.


A noter parallèlement, une attention particulière à la lutte contre le décrochage scolaire dans la cadre du SPRO. L’Etat et la Région vont conclure une convention partenariale pour assurer la coordination des actions des acteurs de la formation, de l’orientation et de l’insertion, en s'appuyant sur les plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD).

Ces actions viseront à développer l'accès à l'information sur les métiers et les formations, à renforcer le lien orientation/formation/entreprise et à lutter contre la non qualification des publics sous toutes ses formes.

Un plan d’actions spécifique sera préparé et annexé au CPRDFOP. La Région organisera, en lien avec l’État et les autorités académiques, la mise en œuvre du droit au retour en formation qualifiante des décrocheurs.

Objectifs du SPRO Nouvelle-Aquitaine

Le SPRO participe à la réalisation des objectifs politiques à 2 niveaux d’intervention :

  • Assurer un accueil physique et/ou numérique de proximité et une information fiable, actualisée, personnalisée sur les filières, les métiers, la formation, l’emploi, l’entreprenariat aux niveaux régional, national, européen et international, en :

    - prenant en compte tous les publics, quels que soient l’âge, le statut ou la situation ;
    - analysant chaque demande en vue de délivrer une première information personnalisée et anonyme ;
    - offrant un panel d’outils d’information sur des supports diversifiés, en libre accès, afin de réaliser des recherches en autonomie ou accompagnées ;
    - assurant le lien avec la structure la plus susceptible d’aider et d'accompagner la personne dans la réalisation de son parcours, chaque fois qu’elle le souhaite.

  • Proposer des services et/ou des prestations de conseil en orientation et un accompagnement aux personnes concernées, en fonction des besoins, des demandes formulées et des territoires, et ce tout au long de la vie en :

    - aidant à la définition des parcours et de leurs étapes, tout en élargissant le champ des possibles ;
    - mobilisant les opérateurs du CEP ;
    - organisant la mise en oeuvre des parcours par la mobilisation des outils d'information, des différents dispositifs territoriaux liés à la formation et à l'emploi, notamment ceux du SPE, ceux des observatoires (OREF, ONISEP, branches…), et, si nécessaire, par le recours à d’autres dispositifs et services relevant des politiques publiques (logement, transport, actions sociales, jeunesse, santé…) ;
    - explicitant les informations données, pour faciliter leur appropriation par les usagers afin qu’ils soient en mesure de les mobiliser de manière autonome (dans une perspective d'éducation à l'information et aux médias numériques par exemple) ;
    - faisant connaître les métiers, leurs évolutions et leurs conditions de recrutement et d’exercice.

Les valeurs partagées du SPRO Nouvelle-Aquitaine

Toutes les actions menées au titre du SPRO Nouvelle-Aquitaine doivent respecter les valeurs suivantes :

  • Égalité et simplicité d’accès pour tous les publics :
    - services gratuits, libres et accessibles, organisés en proximité dans chaque territoire ;
    - continuité de service adaptée aux besoins des publics ;
    - respect des principes d’égalité femmes-hommes, de non-discrimination.
  • Neutralité, objectivité et respect de la personne :
    - respect du droit à l’anonymat, du caractère volontaire de la démarche et de la liberté de choix de la personne ;
    - prise en compte de la situation globale de la personne ;
    - obligation de confidentialité des échanges entre les professionnels dans le respect des règles déontologiques propres à chaque profession ;
    - neutralité de l’accueil, de l’information, du conseil et de l’accompagnement, en dehors de toute publicité sélective en faveur d’un opérateur ou d’une entreprise en particulier.

Les actions menées en faveur des jeunes sortant du système de formation sans qualification doivent s’attacher particulièrement à mettre en oeuvre les principes suivants :

- L’intérêt du jeune est au centre des préoccupations des acteurs et l’objet final de leur action.
- Les familles sont associées autant que faire se peut aux réflexions et démarches en lien avec le jeune.
- La recherche de solutions s’intègre dans la politique globale de lutte contre le décrochage, en cohérence avec son volet prévention. Elle implique l’ensemble des acteurs concernés (Etat, collectivités territoriales, associations, partenaires sociaux, opérateurs...).
- L’organisation et le fonctionnement de plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs visant à conforter les partenariats existants, et à permettre l'adaptation aux besoins des territoires et une souplesse de mise en oeuvre.
- la connaissance partagée de l’offre de solutions des différents acteurs du territoire (réseaux Foquale, Missions locales, Pôle emploi...).

 

Dossiers associés

  • *

    Le conseil en évolution professionnelle (CEP) : présentation et outils

    Ce dossier détaille la mise en place et la procédure pour bénéficier d'un conseil en évolution professionnelle (CEP).

    Consulter